Quand l’art du mouvement est questionné par les notions de rupture et de continuum…


Accompagner le mouvement intérieur (réflexions, ressentis, émotions, perceptions, etc.) comme le mouvement extérieur (initiatives, décisions, mises en œuvre, etc.) du coaché est la mission de base du coach de vie. Mais il se trouve que l’accompagné, parfois, exprime des vécus intérieurs forts, intenses, voire violents.


C’est ainsi que des mots tels que fracture, clash, rupture illustrent ses propos. Sa perception que quelque chose se brise est grande, souvent extrême, de l’ordre de l’insupportable. La sidération l’emporte… L’idée que le vivant se retire de son corps renvoie à un vécu taillé en pièces, à un rapport au monde soudainement désertifié. La douleur psychique et corporelle liée à cette brisure est là. Elle ne peut être niée. La nommer et la reconnaître est nécessaire. Le rapport avec celle-ci relève quelquefois de l’identitaire. La personne n’est plus que douleur et elle s’identifie totalement à cette rupture ressentie ! Celle-ci devient symptôme et de l’ordre de l’anormalité. C’est parfois avec cette douleur chevillée au corps que la personne se présente à la séance de coaching.


Bien sûr, après avoir pris la précaution que la personne soit bien suivie par des professionnels du soin si nécessaire, l’intentionnalité du coaching de vie, après une brisure ressentie et exprimée, est d’accompagner alors chaque personne dans la réinvention des modalités de sa vie. Que la personne puisse renouer consciemment avec le mouvement qui l’anime toujours et sans cesse, est alors essentiel. Car le mouvement intérieur est toujours là, certes diminué, avec la sensation d’inaccessibilité. Il s’agit pour la personne coachée de le ré expérimenter. Peut-être souhaitera-t-elle désormais, de vivre, de penser et de refondre son monde autrement… Si la sensation d’un mouvement qui se réenclenche est quelque fois rapportée, il convient de porter avec assurance le fait que ce mouvement n’a jamais cessé d’être là, que la rupture perçue à un moment donné, n’a jamais été, ontologiquement (1), une rupture.


La pratique de l’accompagnement par le coaching de vie, depuis toutes ces années, me rapproche d’une conviction : la rupture en tant que telle, la rupture dite ontologique, la rupture définitive, sans retour possible, sans appel, capable de faire table rase de l’avant, n’a jamais réellement lieu.


Cette rupture, pourtant si souvent évoquée, est à entendre comme une protection, une sauvegarde, une sécurité provisoire. Le déroulé d’une vie, quels que soient ses aléas, ses imprévus, ses coups de boutoir, ses axes de vie brisés, est à penser en termes de détours, de variations, d’écarts (2), de différences. L’homme par essence, est un nomade. Il erre d’un espace à un autre, élargit son champ d’exploration pour ensuite s’en éloigner, se défait de certaines croyances pour en adopter de nouvelles. Il renonce, colonise, réamorce, renouvelle, bref, il est en mouvement… Mouvement permanent, incessant, parfois fluide et régénérateur, d’autres fois douloureux et compliqué. C’est précisément ce « bouger singulier et spécifique » que le coach de vie accompagne, ou plus humblement, tente d’accompagner.


Le mouvement, en mutation permanente, n’est ni vraiment le même, ni autre…


La composition d’un parcours de vie n’est pas une succession de blocs juxtaposés mais un processus. Tout est en lien. Tout se relie et est interdépendant. Tout est mobile. C’est ce même mouvement, et pourtant si différent dans son expression selon les étapes et les évènements, qui subsiste. Il s’actualise à chaque instant, sans se rompre. Se prolongeant ni vraiment le même, ni autre…


La conception philosophique du mouvement ne crédite aucunement l’existence de vécus et de positionnements en ruptures radicales. C’est tout l’inverse qui s’observe. Tout est si enchevêtré et continu… Même les impasses, les revirements, les distorsions, sont les facettes d’un même processus. Ils sont raccordés les uns aux autres à un fil conducteur, apparaissant pour s’estomper, s’affichant pour varier à nouveau, différemment, autre… Ce mouvement, par nature insaisissable, a comme dessein de relier et délier, avec une visée de transformation en continu. En fait, il n’est que transitions permanentes, passages et mutations. Même un évènement clef au cours d’une vie est à considérer comme la conséquence visible d’une série de soubresauts invisibles. L’évènement n’est alors que l’expression apparente d’un continuum d’écarts, d’actions, de résistances, de décantations, de sensations, d’interrogations et de compréhensions nouvelles.


La personne accompagnée est elle-même une histoire constante, vivante et en conversion permanente. Elle s’écrit à chaque instant qui passe. Malgré les apparences parfois, l’histoire vécue, qu’elle soit consciente ou pas, n’est qu’une continuité, un enchaînement ininterrompu, une persistance. Il s’agit d’un seul et même mouvement composé d’inspirations et d’expirations, de temps en apnée, de joies et de douleurs, d’instants recroquevillés, paralysés mais aussi de sursauts, d’initiatives, de décisions et d’actions.


Le coach de vie est le receveur de ce mouvement incessant


Le coach de vie accompagne le mouvement de l’histoire tel qu’il est vécu par le coaché, tel qu’il l’énonce ou le dissimule… Le coach de vie est de toutes les manières le receveur de ce qui est là, l’entendant, le bienveillant, sans jugement, sans attente, avec présence et accompagnant le coaché dans sa propre terre d’aventures. Cependant, le coach de vie ne se contente pas d’accueillir et de contempler. Il questionne, interroge, soutient non pas pour que des explications nouvelles se superposent à des anciennes, mais pour que le mouvement se relance s’il s’est enlisé, s’ouvre à des possibles nouveaux en cas d’ornières et ou de répétitions stériles.


L’intentionnalité du coaching de vie œuvre dans le concret et le tangible du mouvement, dans sa propension à imaginer, à créer la suite, le prolongement et l’aboutissement qui ne sera d’ailleurs, à son tour, que provisoire.


Qu’est-ce que, être coaché, signifie ? Pour le bénéficiaire, c’est l’opportunité de prendre en main son mouvement afin de s’écarter de lui-même, de prendre de la hauteur, du recul vis-à-vis d’évidences familières, de routines, d’actions conditionnées et répétitives. C’est un mouvement le plus souvent silencieux, qui opère avec une certaine opacité intérieure pour la plupart des personnes mais qui, parfois, devient expressif et signifiant, éclairé soudainement par des prises de conscience. Accompagner le mouvement des coachés, c’est proposer de remettre du jeu là où il y en avait peu ou plus, et ce, sans préjugé, sans présupposé.


Rien n’est étanche, tout interfère. L’accompagnement par le coaching de vie existe et trouve son sens grâce à un processus de renvois, de questionnements, de silences et à une présence sans cesse réaccordée. Il ne se réduit pas seulement à une relation bienveillante. Le coach de vie est là, à la demande du coaché, dans le cadre d’une relation contractuelle, pour que ce dernier puisse se donner les moyens d’une reprise de son propre mouvement afin que celui-ci soit autre, différent, nouveau…


En tant que coach de vie, nous accompagnons des dynamiques, « des processualités », des lignes de force, des inclinaisons singulières, des maturations en cours, des vérités d’être en mouvement…


Et n’oublions jamais que l’histoire du client est toujours plus grande, plus profonde, plus insaisissable, plus énigmatique que l’annonce de la demande lors du premier rendez-vous…

Roger DAULIN

Ecol'COACH

Organisme de formation au métier de coach de vie

www.formation-ecolcoach.fr

(1) Ontologie : référence à l’Etre, au principe même d’Unité, « Une Unité qui montre que l’Etre est exempt de dualité mais qui n’en est pas moins une détermination ». Dictionnaire de René Guénon par J.M. Vivenza Ed Le Mercure Dauphinois.

(2) En évoquant l’écart, je fais référence à l’approche philosophique de François JULLIEN évoquée notamment dans son livre, L’écart et l’entre Galilée 2012.

#Mouvement #Rupture #Continuum #Symptôme #Accompagnementdumouvement #Variation #Écart #Détour #Processus

Posts Récents
Par Tags
Nous Suivre