Le coaching de vie, plus qu’une pratique, une philosophie de l’accompagnement...

13/11/2020

 

Qu’est-ce qu’une pratique aussi ingénieuse soit-elle sans une vision globale, systémique et bienveillante de l’humain ? Que devient-elle si elle n’est pas nourrie par une approche humaniste ? S’ouvrirait-elle sur de nouveaux horizons si la recherche, de justesse, de sens et d’accomplissement, n’était pas au rendez-vous ?

 

Le coaching de vie bénéficie d’une base philosophique, celle de l’accompagnement, et d’une visée ontologique privilégiant l’Être et le sens de la vie, appelant sans détour au questionnement existentiel et à l’accomplissement de soi. Le coaching de vie, tel qu’il se déploie ces dernières années, se place d’emblée au cœur du concept d’accompagnement dans lequel l’humain est lui-même au centre de la démarche.

 

Quels sont les mots clés identifiant le coaching de vie ? Ceux qui apparaissent et illustrent la spécificité du coaching de vie sont les suivants : bienveillance, humanisme, autonomie, libre arbitre, responsabilisation, besoins fondamentaux, objectifs de vie, connaissance de soi, bien-être, réalisation et accomplissement de soi. Ces mots éclairent une pratique dont le dispositif relationnel, le cadre référentiel, la visée intentionnelle d’un renouveau, l’éthique d’une démarche promeuvent ce métier et le questionnent sans cesse.

 

Preuve qu’au-delà des repères évoqués ci-dessus, il s’agit d’une démarche relationnelle s’ajustant en permanence et faisant rupture avec « une méthode à dupliquer » que certains dans leur méconnaissance, réduisent le coaching de vie. Ce dernier ne se limite pas à une procédure, à une formule ou à une recette.

 

Le coaching de vie est à lui seul une philosophie de l’accompagnement contemporain, adapté à la société d’aujourd’hui, aux attentes et aux besoins de femmes et d’hommes en recherche de sens, de justesse et d’épanouissement. Par ailleurs, le questionnement permanent du coach de vie, sur lui-même et sa démarche, sur son exercice professionnel, sur la nature et la profondeur de la relation proposée, le situe dans la perspective d’une progression infinie d’un chantier dont l’humain sort grandi de tant d’accueil de ce qui est là et de confiance dans « les ressources évolutionnaires » de l’Être.

 

L’efficience du coaching de vie tient en grande partie dans la posture « d’accueillant, d’accompagnant, de non sachant à la place d’autrui et de facilitateur ».  La nature du dispositif spécifique du coaching de vie d’accueillir autrui tel qu’il est, là où il en est et de l’accompagner là où ses besoins profonds l’orientent sans l’influencer, sans savoir et vouloir à sa place, sans même une obligation de résultat alors que l’étape de l’objectif de vie à atteindre est un facteur important de la démarche, tout cela prédispose à recevoir la dimension d’accompagnement dans son entièreté et sa plénitude. L’efficience du coaching de vie s’appuie aussi sur le postulat que seules les réponses et les vérités issues de la réflexion et du questionnement de la personne coachée elle-même pour elle-même, ont non seulement du sens, mais aussi la propriété de pouvoir être réellement assumées, mises en œuvre et réalisées de façon durable et fructueuse. Beaucoup plus que des solutions et vérités assénées par l’extérieur !

 

Ce bel héritage, dont d’autres métiers peuvent aussi en réclamer et en incarner la filiation, trouve un contexte sociétal tout à fait adapté à son expansion. L’actualité de ces dernières années n’a jamais été aussi mouvante, dérangeante, exigeante et anxiogène… La pratique du coaching de vie n’a jamais été aussi bienvenue et appropriée qu’aujourd’hui. Combien de femmes et d’hommes ressentent la nécessité intérieure de se remettre en cause, de se questionner, de donner du sens à leur existence, à rechercher plus d’authenticité et de cohérence dans leur quotidien.

 

Accompagner et coacher sont inévitablement reliés par la même exigence pratique et philosophique d’humaniser sans cesse les relations, les situations, le présent et… le futur.

 

L’acte de coacher aménage précisément l’espace relationnel spécifique qu’il crée, en un temps d’humanité partagée.

 

Roger DAULIN

Ecol'COACH

Organisme de formation au métier de coach de vie

www.formation-ecolcoach.fr                                                                                 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Par Tags